SETIF : Une enseignante ‘’rase’’ un élève en classe

Par : M.Lilia

Cette fin de semaine aura été bien pénible pour un jeune adolescent de 12 ans scolarisé au niveau du C.E.M Amira Abdelhamid à Sétif. Alors qu’il s’était rendu en classe comme à son habitude, son enseignante de mathématiques, a soudainement décidé de lui couper les cheveux, de manière totalement anarchique, en pleine classe et devant tous ses camardes. L’adolescent a en effet rapporté que son enseignante l’a d’abord immobilisé avec force en lui bloquant sa nuque, avant de lui couper grossièrement des mèches de cheveux, lui laissant des pelades sur plusieurs zones de la tête.

Selon la sœur du jeune adolescent, aujourd’hui en état de choc, l’enseignante en question et la directrice de l’établissement ont sommé l’adolescent à plusieurs reprises de changer de coupe. La mère de l’élève s’est même rendue au niveau de l’établissement en début d’année pour s’expliquer sur la coupe de son enfant. Cette dernière avait précisé qu’il ne s’agissait en rien d’une coupe indécente ou témoignant d’une quelconque appartenance à un quelconque mouvement.

Toutefois, les explications de la mère n’auront pas convaincu dans cet établissement scolaire, où ces pratiques venues d’un autre temps ne sont pas pénalisées. Suite à cet incident, la famille de l’élève a demandé des explications à l’enseignante qui a banalisé les faits en précisant «  Avant, les enfants rentraient en sang sans que personne ne se plaigne ». Pour l’enseignante, il était nécessaire de couper les cheveux de l’enfant pour l’inciter à se concentrer davantage en classe. L’élève passerait son temps à caresser ses cheveux au lieu de suivre ses cours.

Face à la difficulté de trouver un terrain d’entente et en l’absence d’une pédagogie de la bienveillance dans l’établissement en question, la famille de l’élève a saisi la justice pour reprendre cette affaire qui aura au final causé un important préjudice moral à l’élève. Choqué par ce qu’il a vécu en classe devant ses camarades et nourrissant un sentiment de honte, l’élève a aujourd’hui peur de se rendre en classe.

Cette affaire révèle de gros manquement dans le traditionnaliste système éducatif national, puisqu’à l’heure où nous mettons sous presse, aucun responsable ne s’est exprimé sur le sujet.

Au moment où on ne cesse de revoir les programmes scolaires et les objectifs au gré des changements de ministres et autres responsables, la pédagogie, elle, tâtonne en Algérie.

4.3 6 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mme chouder wahiba
Mme chouder wahiba
5 mois il y a

Mal heureusement on parle de mon fils là. Les faits sont bien réels. Maintenant la prof incite ses élèves à témoigner contre mon enfant et dire que c’est lui qui a achever ce qu’elle a débuté. Autrement dit j’ai enlever quelques cheveux et lui a continué !! Ces camarades maintenant l’appel par ” monteur” et grâce à elle il est intimider et le cerne par touts les moyens possibles. Ses camarades sont innocents parce qu’ils sont menacés par l’enseignante et c’est normal. Et aussi même un enseignant rentre dans le jeu et l’intimider aussi en lui disant : Avoue que c’est toi qui a continuer ” la fameuse coupe ” parce que tu étais hors de toi”. Et maintenant et en période de devoire je souffre avec lui. Rabi jib lkhir.

Aaa
Aaa
2 mois il y a
Répondre à  Mme chouder wahiba

Vous faites la même chose à la professeur vous lui couper les cheveux comme votre fils et vous la laissez continuer sa vie ça lu apprendra le respect des autres et des. Jeunes générations

à ne pas manquer

Météo

Facebook

Lire Aussi

Lire Aussi

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x