Pour importation et commercialisation d’un quintal de kif traité : 15 années de réclusion criminelle pour les 4 accusés

Par : Amar Ait Bara

Le tribunal criminel a eu à juger, hier mardi 22 novembre 2022, la 166ème et dernière affaire de la première session criminelle en première instance, selon le programme établi. Celle-ci a concerné le jugement de 5 personnes dont un inexistant prénommé «Samir Marocain», qui est le baron fictif, introduit volontairement au sein de cette bande. Mais, ce dernier demeure le faux accusé de commercialisation et d’importation illégalement de drogue. Cependant, les 6 autres accusés, dont B- D-M-S, 61 ans, B-D-M-Z, 49 ans, H-M, 32ans et A-M-C, 32 ans, ils sont poursuivis pour d’autres accusations plus graves, dont le crime de commercialisation de stupéfiants, trafic illégal et stockage dans le cadre d’une bande criminelle organisée. Selon l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation, ce réseau de trafiquants de drogue activait à travers plusieurs wilayas du pays et ses membres sont poursuivis par la loi relative à la lutte contre le trafic de la drogue. Ce réseau, constitué de barons de la drogue, a tenté d’introduire un quintal de kif traité à partir des frontières algéro-marocaines.

L’accusé principal, recherché dans cette affaire, se trouve toujours en fuite. Il activait sous le sobriquet de «Samir Marocain» et, selon les accusés, cette marchandise lui appartenait.

Il est à rappeler que dans le cadre de la lutte contre la drogue, les éléments des forces sécuritaires d’El Hadjar ont été informés, en date du 26/8/2022, qu’un quintal de kif a été acheminé vers la ville d’Annaba via Maghnia.

Selon l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation, et exploitant le renseignement, un élément des forces sécuritaires a été infiltré au sein de cette bande spécialisée dans la commercialisation de la drogue à travers plusieurs villes. Ainsi, ce dit élément a assisté à cette transaction de kif conclue au niveau d’une pompe à essence à El Bouni, où les éléments de la brigade de la lutte contre la drogue ont intercepté le mis en cause en flagrant délit, transportant un sac en plastique qui contenait 100 kg de kif traité destinés à la vente.

Au niveau des locaux de la police, l’accusé principal n’hésita pas à dénoncer ses acolytes qui furent arrêtés l’un après l’autre. Mais, grâce au dressage de plusieurs barrages, ils ont été tous arrêtés. Les numéros de téléphones de tous les membres de cette bande étaient surveillés lors de l’opération de passage de la drogue qui se faisait de l’Ouest à l’Est. Ce qui a permis de dévoiler les identités des barons de cette bande, notamment en communiquant avec « Samir le marocain » qui s’avère être un fantôme. De nombreux intermédiaires dans la transaction de la commercialisation de cette quantité de drogue ont été également arrêtés. La marchandise est estimée à 1 milliard 280 millions de cts.

Dans son réquisitoire, le procureur de la République relate les faits et insiste sur l’application de la loi de la lutte contre le trafic de drogue en requérant la perpétuité pour les 4 accusés. Les avocats de la défense ont tenté de sauver leurs clients, malgré la mission difficile, en demandant, le cas échéant, les circonstances atténuantes. Après délibérations, le jury infligera la peine de 15 années de réclusion criminelle pour les accusés dans cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à ne pas manquer

Météo

Facebook

Lire Aussi

Lire Aussi