Shopping Mall d’Annaba : Vers un scénario tramway bis ?

Par : Bouchra Naamane

Tout le monde s’accorde à dire qu’un grand centre commercial, digne de ce nom et surtout digne d’une grande ville comme Annaba est indispensable pour améliorer le quotidien des Annabis. Beaucoup sont obligés d’aller vers Sétif pour faire du shopping au niveau du Park Mall, d’autres préfèrent attendre d’être sur Alger pour aller vers Ardis ou Bab Ezzouar. Mais la pomme de discorde de ce projet, dont tout le monde est d’accord sur l’utilité, est l’emplacement choisi par les autorités et les responsables de la SIH pour son implantation.

En effet, depuis l’annonce faite par la wilaya d’Annaba sur une possible reprise du projet, publications et commentaires sur la valeur ajoutée d’une tel projet foisonnent sur les pages annabies des réseaux sociaux. Les avis convergent sur la nécessité d’implanter le projet sur une autre assiette foncière et y voit une destruction programmée de l’histoire et le passé d’une cité millénaire.

D’autres craignent que ce débat, qu’ils qualifient de « faux », reproduise le scénario du tramway d’Annaba. Un projet bloqué localement à cause du tracé du trajet du tramway qui devait passer par le Cours de la Révolution. De nombreuses voix avaient réclamé le changement du trajet ; le projet s’est éternisé ; puis a fini par être gelé suite aux restrictions économiques liées à la politique d’austérité imposée par la crise économique.

Il a suffi d’une courte annonce sur la page officielle de la wilaya d’Annaba, évoquant la reprise du projet du Shopping Mall, situé à proximité de la Vieille Ville et en face du luxueux hôtel Sheraton, pour que la polémique autour de sa localisation ressurgisse.

Les médias locaux ont tout de suite repris l’information, rappelant l’historique du projet et ses auteurs. Les pages Facebook les plus suivies dans la ville ont, quant à elles, diffusé les images du futur centre commercial qui viendra remplacer le complexe des anciennes constructions de l’ex-Faculté de droit d’Annaba. Entre partisans et opposants du projet, le sujet très controversé a enflammé la toile.

M. Abdelkarim Larguech, enseignant d’architecture à l’université Badji Mokhtar d’Annaba, spécialisé dans le patrimoine estime que « Le projet en lui-même est une valeur ajoutée à la ville. Cependant, son emplacement au niveau de la Vieille Ville constitue un risque pour cette dernière. Les vibrations causées par les terrassements vont déstabiliser durablement la Colline sur laquelle est posée la Médina (Vieille Ville ndlr). La déstabilisation des fondations de ces bâtisses, adossées les unes aux autres fera en sorte que ces dernières tomberont comme un château de cartes. Il faut trouver un autre emplacement et ce ne sont pas les poches vides ou les friches urbaines qui manquent au centre-ville ».  Pour Mlle Hend Bejaoui, étudiante en architecture, il s’agit d’une « conception contemporaine, simple et belle. Cependant, elle est dépourvue d’une touche d’architecture locale. Que ce soit romane ou médiévale ». Pour ce qui est de l’emplacement, la jeune étudiante fait référence à une tentative de renoncement à l’histoire de l’endroit. « La seule chose qu’on puisse comprendre, c’est qu’ils veulent cacher ce qu’il reste de la Vieille Ville, pour ne pas dire, le détruire » ajoute notre interlocutrice.

Cet avis est partagé par M. Abderrahmane Zenine qui, poussé par l’envie de transmettre et partager sa passion pour la ville d’Annaba et sa richesse historique, a créé une page Facebook nommée « Annaba, source de beauté et richesse de l’histoire », qui rassemble plus de 13.000 abonnés. M. Abderrahmane évoque une autre problématique liée au sujet. « Dans les pays européens que j’ai eu la chance de visiter, les grands centres commerciaux sont érigés en dehors du centre-ville pour éviter l’engorgement qui pourrait s’y produire. Cela n’a été guère respecté dans ce projet, sans parler du fait que ça va être construit dans un endroit stratégique qui renferme l’Histoire de la ville d’Annaba. Au lieu de restaurer l’endroit, pour en faire un site touristique permettant de contribuer à la relance économique de la ville et l’atténuation du taux de chômage, on choisit d’y construire une telle bâtisse ».

Cependant et, en dépit de toutes les contraintes soulevées quant à ce projet par des citoyens soucieux de leur ville, on constate que, d’autre part, une partie non négligeable de la population manifeste favorablement à l’idée d’avoir un tel immeuble au centre-ville. S’appuyant sur un aspect matérialiste, pragmatique et, pour certains, réaliste, ces derniers semblent avoir céder à l’idée portant sur l’impossibilité de restaurer la Vieille Ville d’Annaba. « Ceux qui sont contre la construction de ce centre commercial, pour sauvegarder la Vieille Ville sont vraiment à côté de la plaque. De quelle Vieille Ville parlent-ils ? De la Vieille Ville des taudis, des maisons en ruines, des décharges sauvages, des égouts à ciel ouvert ? Oui, il y a quelques immeubles à sauvegarder, certes, mais le reste est à démolir et le plus tôt sera le mieux. Annaba a besoin d’un centre commercial en son centre et non dans sa périphérie, avec toutes les commodités pour les clients. Sans oublier le « paquebot » du port, place des Gargoulettes ainsi que l’hôtel de l’aéroport. Ces projets auront un impact économique direct sur la commune. Vous avez bien laissé filer le tramway non ? Par amour d’Annaba, ou par amour des chars à bœufs ? Les sentiments à part, vos arguments ne sont pas convaincants » lit-on dans un post diffusé par un internaute dans la soirée d’avant-hier.

La société civile se mobilise

De son côté, l’association Médina pour la sauvegarde du patrimoine d’Annaba a lancé, dans la soirée d’hier, une pétition dont le but est de changer la localisation du projet. L’association considère que l’implantation du centre commercial représente une menace pour la stabilité des remparts de la ville. « Ces remparts, qui longent le futur centre commercial, datent de 1900 » lit-on dans le document, qui précise qu’il existe également un risque de démolition des abris datant de la 2ème guerre mondiale, considérés comme des bâtiments historiques qui sont toujours exploitables ainsi que la destruction de l’école primaire ex-Victor Hugo. Cette dernière, ayant une valeur architecturale, peut faire l’objet d’un classement au patrimoine historique.

Le même document évoque le problème de la densification du trafic routier, étant donné que le centre commercial attirera une foule considérable, que ce soit celle que représente la population de la wilaya d’Annaba ou bien les wilayas limitrophes.  L’embouteillage sur le grand boulevard menant à l’hôpital Ibn Sina, communément appelé Caroubier, constitue une véritable problématique pour les ambulances qui s’y rendent.

« Nous vous demandons de trouver une autre assiette foncière pouvant accueillir ce projet afin de préserver la Médina et le centre-ville. Une étude approfondie, menée par un cabinet d’études spécialiste en matière d’urbanisme et d’impact environnemental s’avère à notre avis indispensable » précise la pétition qui sera adressée, prochainement au chef de l’exécutif de la wilaya d’Annaba M. Djamel Eddine Berimi.

Il convient de rappeler qu’une réunion entre le wali Djamel Berrimi, le PDG de la Société d’investissement hôtelière (SIH) et les directeurs des bureaux d’études techniques chargés de la conception et du suivi du projet a été tenue la semaine dernière au niveau du siège de la wilaya d’Annaba. « Une courte présentation du projet a été faite au wali », indique un communiqué de la wilaya d’Annaba, qui précise qu’une réunion élargie sera tenue, dans les prochains jours, en présence des responsables des services concernés et des élus locaux. La cellule de communication de la wilaya d’Annaba a cependant omis de préciser les noms des bureaux d’études techniques chargés du projet.

3.3 5 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
benga40@yahoo.com
benga40@yahoo.com
1 année il y a

C’est vrai ce serait plus judicieux de construire un centre commercial en dehors de la ville comme cela se fait outre mer.

Yazid Daoudi
Yazid Daoudi
1 année il y a

Les shopping mall dans le centre-ville dépendent toujours d’un transport en commun efficace et sur site propre ! (Métro )

à ne pas manquer

Météo

Facebook

Lire Aussi

Lire Aussi

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x