“POING” DE VUE  : CHAN/CAN : Les belles occases !

 Par : Ahcène-Djaballah Belkacem

 Il est évident que l’organisation en Algérie des compétitions de football de la Chan, et (peut-être) de la Can, est une grosse « couleuvre » difficilement avalée par tous ceux (pays, groupes et individus) qui ne nous veulent pas du bien. Bof ! On s’y est habitué et il faudra faire avec.

Mais, il est tout aussi évident que les éventuels échecs ou incidents qui seront enregistrés lors des déroulements seront exploités pour mettre à mal l’image de marque du pays, tout particulièrement sur le plan international, laquelle image, il faut le reconnaître, a  accumulé pas mal de réussites ces toutes dernières années. Exploités toujours par tous ceux (pays, groupes et individus) qui ne nous veulent pas du bien. Bof ! On s’y est habitué… mais, il ne faudra pas faire avec.

Aucun couac ou impair ne peut être admis, étant donné les gros investissements financiers, matériels et humains décidés. Il y va de l’avenir non seulement des secteurs des sports, de la diplomatie  et du tourisme et (aussi) de l’image de marque globale du pays et de ses habitants jusqu’ici décrit- par tous ceux (pays, groupes et individus) qui ne nous veulent pas du bien – comme socialement « infréquentables ». Un image néo-coloniale reprise, revue et même augmentée ! Il est vrai qu’à cela viennent se sur-ajouter, ne plaidant pas en notre faveur, les (mauvais) comportements de certains de nos concitoyens, tout particulièrement pas mal de « jeunes », ici et là-bas, qui ne plaident pas en notre faveur, à l’exemple des envahissements de terrain, l’irrespect des hymnes nationaux étrangers… sans parler des autres délits. Certes, nous sommes bien loin des catastrophes vécues à Paris, en Indonésie et ailleurs, mais le zéro défaut est souhaité.

Le magnifique déroulé des récents Jeux méditerranéens, ainsi que ses retombées sur les comportements sociétaux ont montré et démontré qu’une gestion compétente des grands événements (basée sur l’obligation de résultats dans les délais initialement impartis et rendus publics immédiatement), transparente, strictement réglementée, peut et doit être struc.tu.rante, en ce sens qu’elle doit imposer, pacifiquement et dans la bonne humeur et la convivialité, une façon de vivre nouvelle et positivante, « hirakienne » de la société.

Les images les plus significatives ont été et sont encore tous ces stades de l’Oranie qui, désormais, lors des grandes rencontres, rassemblent, sur les gradins, sans incidents ni dépassements de langage, tous les genres et tous les âges dans un climat fort de confiance et de respect.

C’est certainement ce qu’il faut encourager et programmer au Centre et à l’Est du pays lors des prochaines Chan et Can… De belles occases ! Le virus de la convivialité sociale, de la confiance inter-personnelle et du res.pect de l’autre va peut-être naître et essaimer. Incha Allah !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à ne pas manquer

Météo

Facebook

Lire Aussi

Lire Aussi